Valeurs – Vision – Simplicité

Photo de Supushpitha Atapattu sur Pexels.com

J’ai récemment retravaillé sur mes valeurs personnelles. Oui, comme les valeurs qu’une entreprise affiche sur son site web, avec plus ou moins de conviction, mais juste pour moi. Il s’agit des valeurs qui me guident, celles selon lesquelles je m’efforce d’agir et de penser. J’ai la conviction qu’il est important de les mettre sur papier – ou sur Evernote en ce qui me concerne – et de se les rappeler aussi souvent que possible.

Surtout, ces valeurs permettent de créer une vision en accord avec celles-ci, et donnent ainsi un cadre cohérent à un futur envisagé.

Ce processus de « révision » ne devrait pas avoir lieu souvent. A priori, nos valeurs sont les nôtres et ne devraient pas évoluer en fonction des circonstances, tout comme pour une entreprise. Je crois toutefois important de se poser la question de temps à autre, quitte à simplement reformuler.

Je vous les livre ci-dessous, telles qu’elles apparaissent aujourd’hui dans ma note:

  • Responsabilité – Envers moi et envers les autres. Je me comporte de manière exemplaire. Je n’ai pas peur de regarder la vérité en face et dire ce qui est.
  • Famille – Elle est au centre de mes considérations.
  • Simplicité – Dans la façon d’être, de vivre, de se comporter.
  • Zen – Le calme guide mes actions, inspiré de Shambahla, Thich Nhat Hahn, Shunryu Suzuki, Kakuzo Okakura.

Et vous, quelles sont vos valeurs personnelles?

Simplifier pour durer

SimplicitéPlus on y travaille, et plus on se rend compte que la responsabilité sociale et le développement durable sont des champs très larges, et qui touchent à de nombreux domaines: environnement, social, économie, mais aussi changement climatique, achats responsables, économie verte, investissement responsable, etc.

Force est de constater que certaines entreprises ont l’air de véritablement batailler avec tous ces aspects et de s’y perdre. Au point que l’on ne sait plus exactement ce qu’elles font, ni quelles sont leurs priorités et celles de leurs stakeholders.

Je travaille actuellement sur un mandat pour une entreprise dont le site internet dédié au développement durable présente les éléments suivants. Il y a des enjeux environnementaux; ils sont au nombre de 4. Il y a des enjeux sociaux, 4 également. La RSE est mentionnée aussi bien dans les enjeux environnementaux que dans les sociaux. A côté de ça, il y a des informations sur la politique DD de l’entreprise, présentées en 6 sous-points. Le premier sous-point présente 4 enjeux principaux pour l’entreprise: deux reprennent textuellement des enjeux sociaux, un autre reprend l’ensemble des 4 enjeux environnementaux et le dernier semble sortir de nulle part. Si l’on a encore le courage de consulter le 2e sous-point, on y trouvera une liste de 6 actions prioritaires que l’on peut essayer de rattacher aux enjeux précédemment cités, mais pas vraiment.

Je continue?

Le challenge proposé par la RSE et le développement durable est complexe et comporte de nombreuses ramifications. Mais je suis persuadé qu’une entreprise peut relever ce challenge en se concentrant sur un nombre restreint d’éléments à la fois. Cela lui permettra d’être vraiment bonne à ce qu’elle fait. Mais cela demande un véritable effort de simplification, et donc de réflexion. Identifiez les stakeholders principaux, les enjeux qui comptent vraiment, les actions à mettre en place, etc.

Cela demande aussi de prendre un vrai parti. Si vous vous concentrez sur un certain nombre d’élément, vous risquez la critique de ceux qui pensent que vous devriez vous occuper de tel ou tel autre élément. C’est le risque lorsque l’on fait des choix. Une stratégie clairement établie est souvent la meilleure des réponses à des critiques de ce genre. Il faut pouvoir expliquer vos choix.

La simplification, l’avenir de la RSE?