Généraliste – Spécialiste – Sustainability certifications

Il y a quelques jours, je tombais sur cet article, présentant pas moins de 40 certifications en durabilité.

Cet article m’a interpellé. Pas tant pour son contenu – je n’ai pas de certification à recommander en particulier, ou d’avertissement à formuler – que par sa structure. J’ai en effet trouvé judicieux le fait de séparer les formations généralistes des spécialistes, et à l’intérieur de ces dernières faire encore des catégories.

Pour être plus précis, la structure est la suivante:

  • Certifications professionnelles générales en matière de durabilité et de changement climatique;
  • Certifications de rapports de durabilité et ESG;
  • Certifications de bâtiments « verts » (guillemets ajoutés par moi-même, pour des raisons évidentes);
  • Certifications liées à l’exploitation de l’environnement bâti;
  • Certifications spécifiques à une question ou à un secteur – parmi lesquelles:
    • ESG et finance durable (guillemets non-rajouté par moi-même, mais je n’en pense pas moins)
    • Gouvernance et risque
    • Économie circulaire
    • Ville et infrastructures
    • Autre spécialité

Encore une fois, je ne tiens pas à débattre du choix de ces catégories, ou de leur exhaustivité. Je tenais à souligner que c’est une tendance qui se confirme, à savoir une spécialisation des domaines de la durabilité, une tendance à donner de la granularité.

Je dois dire que cela crée chez moi un sentiment ambivalent. D’un côté, j’apprécie et vois cela comme une prise au sérieux des différents métiers de la durabilité. On n’est plus spécialiste en durabilité, on est spécialiste en « ESG et finance durable », on est spécialiste en « Economie circulaire ».

Bref, on est spécialiste.

C’est là que l’autre côté de mon sentiment intervient: quel avenir pour les généralistes? Il y a certes une catégorie consacrée à cela, mais elle reste maigre (5 formations) au regard du reste. Là encore, je me dois d’insister sur le fait que la liste n’est bien sûr pas exhaustive, mais cela ne m’empêche pas d’être intrigué.

Si je suis intrigué, c’est sans doute parce que je me définis moi-même comme un généraliste. Une définition de moi-même renforcée récemment par la lecture de l’excellent Range – Le règne des généralistes: Pourquoi ils triomphent dans un monde de spécialistes, de David Epstein, que je ne peux que recommander.

Et si je crois qu’il est important de continuer à former des généralistes en durabilité, en responsabilité sociale, c’est parce que j’ai l’intime conviction que ce sont eux et elles qui pourront amener la RSE et la durabilité à un niveau stratégiques dans leurs organisations. Ce sont ces généralistes qui auront la vue d’ensemble, qui sauront faire un tout cohérent de plusieurs initiatives éparses.

Alors bien sûr, il faut pour cela être une personne capable de penser en termes de stratégie. Ce n’est pas donné à tout le monde, mais ça s’apprend.

Nous avons besoin de personnes pensant en termes stratégiques, pour la responsabilité sociale. Nous devons les former, les certifier, et leur donner les clés.

Publicité

Une réflexion sur “Généraliste – Spécialiste – Sustainability certifications

  1. Julien, je partage votre analyse et comme vous je me qualifierai volontiers en généraliste de la RSE, bien que l’attribut d’expert m’est souvent donné.
    Une analogie avec la médecine me semble appropriée, ne sommes nous pas des médecins de l’entreprise (observer, écouter, diagnostiquer, analyser, recommander/prescrire etc..) que nous aidons à mieux répondre à des injonctions parfois contradictoires (faire plus ou mieux avec moins) dans un contexte économique, social, sociétal et environnemental instable. Je constate aussi l’émergence de « spécialistes » thématiques qui peuvent intervenir très en amont de la démarche RSE au risque de limiter la pertinence des actions à engager au regard des enjeux stratégiques pour l’entreprise. C’est comme si l’entreprise/patiente consultait un spécialiste sans avoir préalablement pris rendez vous avec un/ou son généraliste. L’apport d’un généraliste RSE, ce que j’ai qualifié dans mon cas de Conseiller Sociétal, est d’apporter à l’entreprise un vision éclairée du champ des possibles dans une démarche adaptée, cohérente et pertinente de sa RSE, de délivrer avec indépendance, impartialité et objectivité (absence d’idéologie et de militantisme) un programme d’actions et si besoin orienter vers le ou les spécialistes d’une thématique (Co², Biodiversité, Conditions de travail, Partenariats, Modèle d’affaires etc..). Le généraliste RSE est aussi un tiers de confiance qui accompagnera l’entreprise sur un temps long qui est nécessaire dans un objectif d’amélioration continue.
    Voilà plus de 10 ans que je vous suit Julien, bravo pour vos contributions.
    Cordialement
    Marc.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s