Avis de recherche: ISO 26000

Où en est-on avec les lignes directrices ISO 26000, relative à la RSE? Une question que je me suis posée récemment et qui, du simple fait d’avoir été posée, en dit peut-être long…

Je m’étais rendu, en 2011, à une conférence présentant ce qui a l’époque était une nouveauté. Une question posée à ce moment, et qui m’avait interpelé, était de savoir en quoi ces lignes directrices étaient mieux qu’un très bon livre sur la RSE. Et la réponse – « aucun livre n’a été écrit par 450 personnes et voté par 99 pays » – ne m’avait pas convaincu.manuscript-1614234_1280

Je me demande donc aujourd’hui où l’on se situe par rapport à ces lignes directrices. Une norme non contraignante, qui ne donne donc pas lieu à une certification, faut-il le rappeler. J’ai le sentiment que ces lignes directrices n’ont pas percé.

Si l’on consulte la page consacrée à ces lignes directrices, il y a bien peu d’éléments à se mettre sous la dent. La dernière news remonte à janvier 2016.

Sur Google, ce n’est guère mieux. Je trouve beaucoup d’infos sur la façon d’acheter les lignes directrices. Et aussi des références à quelques agence de consulting, pour certaines créée uniquement pour cette nouvelle « norme », en espérant que celle-ci allait devenir certifiante rapidement et être ainsi positionnées comme des références.

Et je crois que c’est définitivement là que se trouve le problème: ISO 26000 n’est pas certifiante, pas contraignante. Ca n’a pas pris. Cela aurait pu être son unique selling point, mais faute de certification, ISO 26000 n’est qu’un ensemble de lignes directrices parmi tant d’autres. SA8000, AA1000, GRI, IIRF…pourquoi l’un et pas l’autre?

Mais peut-être que vous avez une expérience différente d’ISO 26000, la conviction que c’est là l’avenir de la RSE? Des exemples de projets ayant été mis sur pied grâce à ces lignes directrices?

Pour continuer d’explorer la responsabilité sociale

pencil-918449_1280

Chères lectrices, chers lecteurs,

Voici bien trop longtemps que je n’ai plus posté d’article sur ce site. A ma décharge, de grosses échéances professionnelles, et surtout mon mariage, ont accaparé mon temps!

En ce mois de septembre, je compte bien reprendre mon activité d’écriture, pour continuer d’explorer ce qui fait la responsabilité sociale. Il y a tant de choses à dire! Si vous avez des suggestions ou des envies quant à des sujets précis, je suis toujours preneur.

Par ailleurs, ma newsletter continue d’exister, et connait un succès croissant! Vous pouvez consulter le dernier exemplaire ici. Désormais, toutes les personnes abonnées à ce site recevront également la newsletter. Bien sûr, si cela devait ne pas vous convenir, faites-le moi savoir.

A très bientôt!

Comment identifier les tendances futures de la RSE?

J’ai récemment eu le plaisir d’échanger avec plusieurs professionnelles du développement durable. Les discussions ont notamment tourné autour des tendances actuelles de la responsabilité sociale, et ses probables évolutions au cours des prochaines années.

L’occasion pour moi de me rappeler que nombreux sont ceux – moi y compris – qui s’essaient au début de chaque année à l’exercice des prédictions des tendances futures en matière de RSE. Et force est de constater que le succès est rarement au rendez-vous.business-561388_1280

La raison à ces échecs est qu’en général ces prédictions ne se basent sur rien. Elles sont basées sur des sentiments plus que sur des chiffres. Et l’on retrouve chaque année les mêmes tendances. Le meilleur exemple restant celui du reporting intégré, serpent de mer revenant chaque 1er janvier!

Dès lors, comment faire de vraies prédictions, de solides prédictions sur ce que seront les tendances de la RSE? Je l’évoque plus haut, en se basant sur des chiffres, certes. Mais pas que. Je n’ai pas la réponse – et serais ravi d’avoir vos avis à ce sujet! – mais je vais essayer de faire ressortir quelques pistes.

Considérons qu’une tendance émerge lorsqu’un changement externe « débloque » de nouvelles façons de répondre à des besoins et désirs humains ayant toujours existé. Il faudrait dès lors identifier ces changements externes. En ce qui concerne la RSE, ils pourraient être:

  • Législatifs – une nouvelle loi imposant aux entreprises de produire un rapport annuel sur leur performance en développement durable, par exemple.
  • Politiques – des documents produits par un gouvernement, ou un ensemble de gouvernements (UE, OCDE) sur le sujet de la RSE.
  • Economiques – inutile de rappeler que la crise de 2008 a beaucoup changé la façon de faire des affaires de nombreuses entreprises.
  • Technologiques – une innovation technologique donnant par exemple un accès facilité à un produit jusqu’alors très cher.
  • Environnementaux et sociaux – cela peut découler des changements précédents, mais pas nécessairement.

Cette liste n’est assurément pas exhaustive, et est loin de réinventer la roue. Et quitte à enfoncer les portes ouvertes, classons les besoins et désirs humains tel que l’a fait Maslow: besoins physiologiques, besoins de sécurité, besoin d’appartenance et d’amour, besoin d’estime, et besoin d’accomplissement de soi.

Là où, en cherchant à prédire des tendances, l’on peut être innovant, c’est dans l’articulation des changements externes, des besoins, et des considérations de la RSE. Comment tel changement économique va susciter de nouvelles façons de répondre à tel besoin de sécurité, le tout de manière pertinente du point de vue de la responsabilité sociale? Comment une entreprise peut-elle répondre de manière responsable aux besoins de sécurité liés au changement climatique? Comment une entreprise peut-elle répondre à la (re)émergence de l’économie du partage et ce que celle-ci suscite en matière de besoin d’appartenance?

J’avoue soulever beaucoup de questions, sans nécessairement apporter autant de réponse. Mais je suis persuadé que c’est dans cette direction qu’il faut chercher. Et vous, qu’en pensez-vous?

responsabilite-sociale.com: 5 ans!

birthday-622431_1280Ca devient une habitude tous les 11 mars: c’est l’anniversaire de ce blog! Et aujourd’hui, ce n’est pas n’importe quel anniversaire, puisqu’il s’agit du 5e.

C’est un long chemin parcouru, une belle aventure! Une aventure qui m’aura amené à lancer mes activités de consulting, avec un nouveau site professionnel créé récemment, par Yann Graf (un ami que je connais depuis 1989, une autre histoire de longévité!).

Je me suis aussi lancé dans la traduction de quelques articles en anglais, plus qu’aidé par Christina Andreou. Cela m’a permis d’échanger avec un plus large public, de découvrir de nouvelles perspectives.

J’ai été interviewé (la dernière fois par Brands Up), j’ai été invité par des entreprises pour découvrir leurs activités autour de la RSE – Société Générale, L’Oréal, Orange, RMC… J’ai rencontré un nombre incalculable de personnes passionnantes.

J’ai même lancé une newsletter récemment, pour laquelle j’ai de très bons retours. La prochaine sort le 14 mars, j’espère que vous êtes abonné-e-s!

Autant dire que j’ai hâte de voir ce que les 5 prochaines années me réservent!

Merci à toutes et tous d’être fidèles à ce blog, c’est ce qu’il y a de plus important pour moi.

Ce que Peter Drucker nous apprend sur la responsabilité sociale

Peter Drucker aurait dit/écrit que la responsabilité d’une entreprise est de créer un client. Une affirmation qui peut paraître anodine, voire banale, mais qui à mon avis est plus que money-256319_1280jamais d’actualité. Drucker l’aurait dit en 1954. Mais je crois que c’est aujourd’hui que cette affirmation prend tout son sens par rapport à la responsabilité sociale.

Le client d’aujourd’hui a véritablement le choix. Il peut acheter des objets ou des services proposés dans le monde entier, en 3 clicks. Et – comme le veut l’expression – il peut voter avec son porte-monnaie. Il peut faire des achats reflétant ses valeurs, se tourner vers un produit qu’il jugera éthique, responsable, tout comme il peut se détourner d’un produit qu’il perçoit comme mauvais pour l’environnement ou pour la société.

Où se trouve la responsabilité de l’entreprise par rapport à tout cela? Si, comme Drucker, on considère que la responsabilité d’une entreprise est de créer un client, on peut avancer que l’entreprise se doit de créer un client avec des valeurs fortes de protection de l’environnement, d’équité, d’éthique, etc.

Comment une entreprise peut-elle créer un tel client? En lui proposant des produits répondant à de telles valeurs, justement. En façonnant les préférences du client, en lui montrant en quoi un produit durable est préférable à un autre.

Mais d’un autre côté, on se trouve peut-être en face d’un problème d’œuf et de poule: est-ce le client qui choisit ses produits en fonction de ses valeurs? Ou sont-ce les produits qui déterminent et font évoluer les valeurs du client?

Je crois que l’affirmation de Peter Drucker est très judicieuse: l’entreprise a la responsabilité de créer un client. Pour sa propre survie, tout simplement. A une époque où les (potentiels) client sont de plus en plus sensibles à des critères tels que la protection de l’environnement ou les conditions de travail, l’entreprise désirant survivre se doit de répondre à ces critères.

Responsabilité sociale et évasion fiscale vont-elles de pair?

J’ai lu récemment un article avançant que les entreprises les plus actives dans la responsabilité sociale étaient aussi celles qui faisaient le plus d’efforts pour payer le moins d’impôts.

Le pire, c’est que je n’ai même pas été surpris.

Je vais expliquer pourquoi, mais d’abord j’aimerais présenter les 3 hypothèses avancées dans l’article.

  1. Les entreprises ne forment pas un bloc compact et homogène. Elles sont composées de plusieurs départements. Peut-être que le département RSE va faire son job, qui est de lancer des programmes de faire des actions et de mettre en place des politiques. Et peut-être que le département en charge de la finance va faire le sien, de job, et essayer de minimiser les impôts et autres taxes que l’entreprise risque de payer. Et peut-être bien que ces deux départements ne se parlent pas…OLYMPUS DIGITAL CAMERA
  2. Les entreprises font de la RSE pour la même raison qu’elles cherchent à réduire leurs impôts: maximiser le profit. Il n’est pas nécessaire d’être très calé en maths pour comprendre que moins l’on paie d’impôts, plus les bénéfices sont élevés. Et si vous lisez des articles sur ce blog, vous savez que la RSE donne un vrai retour sur investissement (attraction et rétention des talents, réputation, intérêt des investisseurs, etc.). Le problème est que tout le capital social accumulé grâce à la RSE peut être rapidement réduit à néant lorsque l’on cherche à éviter de payer ce que l’on doit.
  3. Les entreprises voient la RSE et le fait de payer des impôts comme deux choses substituables. Si je suis une entreprise responsable, je fais ma part du boulot, je contribue au bien-être de la société; il n’est pas nécessaire que je paie en plus des impôts! Les entreprises pourraient même aller jusqu’à considérer qu’il vaut mieux qu’elles dépensent leur argent avec leurs programmes de RSE que de le confier à des gouvernements qui pourraient en faire mauvais usage.

Je trouve ces trois hypothèses très intéressantes, pas vous? Sans doute sont-elles complémentaires. Il y a peut-être bien un peu de tout cela qui conduit à ce constat selon lequel les entreprises les plus actives dans la responsabilité sociale étaient aussi celles qui faisaient le plus d’efforts pour payer le moins d’impôts.

Mais je vous disais que je n’avais pas été surpris. La raison? J’ai lu la phrase à l’envers.

Les entreprises qui font le plus d’efforts pour payer le moins d’impôts sont celles qui sont les plus actives dans la responsabilité sociale.

Vous voyez où je veux en venir? Parce qu’aujourd’hui encore, les entreprises qui sont très actives dans la RSE sont celles qui ont le plus à se reprocher. Quand je cherchais un job, les seules annonces sur lesquelles je tombais provenaient de Shell, ou Monsanto. J’ai été approché deux fois par des chasseurs de têtes: pour des postes chez Japan Tobacco International et pour le comité d’organisation de la Coupe du Monde de football au Qatar.

En ce sens, je rejoins la 3e hypothèse. La RSE est vue comme une façon de se racheter de ses péchés. Si on en fait, et qu’on en fait suffisamment, on est libre de faire ce que l’on veut à côté.

Et si cela changeait en 2016?

7 livres à lire en 2016

2016-01-05 14.34.18Comme chaque année – ou du moins en 2014 et en 2015 – je tiens à proposer une petite liste de lectures à réaliser au cours des 12 prochains mois. Pas de contrôle surprise en décembre, promis, il s’agit juste de suggestions, ayant un lien plus ou moins direct avec la RSE. Les propositions pour d’autres lectures sont les bienvenues!

Et vous, qu’allez-vous lire en 2016?