Faire plus avec moins: une forme de greenwashing?

Un concept à la mode dans le domaine de la RSE est celui de la simplicité, ou du minimalisme. On associe souvent ce concept avec l’idée de faire plus avec moins, « less is more » peut-on aussi lire. Je suis moi-même partisan de la simplicité, et j’aime l’idée que l’on peut faire plus ou mieux avec moins. J’ai d’ailleurs lu avec plaisir plusieurs ouvrages sur le sujet, dont De la simplicité ou The Power of Less, que je recommande.

Au cours d’un récent voyage, j’ai été confronté à cette idée, mais pas de manière aussi agréable que je l’aurais espéré. Il est en effet de plus en plus courant de voir dans les hôtels des petits panneaux expliquant la politique environnementale de l’établissement. On y apprend en général que le personnel ne changera pas les serviettes qui ne sont pas déposées sur le sol, ou que l’on trouve désormais un gros conteneur de savon, plutôt que des échantillons. Je suis tout à fait favorable à ce genre de démarche.OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le problème était que cette philosophie était poussée un peu trop à l’extrême à mon goût. On ne trouvait pas les habituels sets de couture, bonnets de douches, etc. Ce qui était très bien, car nous pouvions simplement les demander à la réception. Mais nous n’avions par exemple pas de réceptacle pour déposer nos brosses à dents, ce qui était un peu ennuyeux.

Ce constat m’a amené à me demander la chose suivante: ce concept de minimalisme, mal utilisé, peut mener à faire moins avec moins. Et surtout, présenté comme une mesure favorable pour l’environnement, il n’est qu’une excuse pour tout simplement proposer un moins bon service, un moins bon produit.

N’y a-t-il pas là une forme de greenwashing – à rajouter à celle déjà identifiées ici? On propose un service ou un produit de moindre qualité, que l’on enrobe d’arguments environnementaux pour faire passer la pilule. Le client n’osera pas se plaindre, par peur d’être perçu comme hostile à une mesure « eco-friendly ».

Quel est le seuil minimaliste à ne pas dépasser? A-t-on le droit de se plaindre lorsque l’on est confronté à une telle situation? Ou devons-nous simplement accepter une baisse de la qualité, pour protéger un peu plus l’environnement?

Publicités

2 réflexions sur “Faire plus avec moins: une forme de greenwashing?

  1. Pas d’inquiétude, je me suis bien accommodé de ce manque! C’est surtout qu’en voyant ce petit manque, je me suis dis que l’argument environnemental n’avait pas lieu d’être. Et le petit panneau explicatif m’a du coup donné l’impression de dire « Hey, on ne s’est pas trop foulé pour vous, mais c’est bon pour l’environnement, non? Au fait, merci pour votre argent. » Un flagrant délit de greenwashing, m’a-t-il semblé!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s