LEGO et Shell: la fin d’un partenariat?

LegoCe jeudi 9 octobre, le milieu du « green business » était en ébullition: LEGO avait en effet annoncé la fin d’un partenariat avec Shell – vieux de plus de 50 ans – suite à la diffusion d’une vidéo de Greenpeace mettant en scène un « oil spill » en Arctique dans un monde fait de LEGOs. En parallèle à cette vidéo, Greenpeace avait lancé une pétition, signée par plus d’un million de personnes, enjoignant LEGO à cesser son partenariat avec Shell en raison des plans de cette entreprise de forer en Arctique.

On peut désormais lire sur le site de LEGO:

We want to clarify that as things currently stand we will not renew the co-promotion contract with Shell when the present contract ends.

En l’état actuel des choses, LEGO ne va pas renouveler le contrat. Voila qui aurait tout de même dû tempérer l’enthousiasme des personnes s’étant empressées de crier au génie de Greenpeace. Il s’agit d’un non-renouvellement de contrat. Le contrat va donc être honoré jusqu’au bout. Et surtout, ce « en l’état actuel des choses », me laisse à penser que beaucoup de choses peuvent encore se passer d’ici la fin du contrat…

Mais tout de même. Cela reste significatif que LEGO se soit senti obligé de faire une telle déclaration suite à des pressions de Greenpeace. Plus intéressant encore, cela pose une question qui sera, à mon avis, de plus en plus d’actualité: certaines entreprises vont-elles devenir des « pestiférées », avec lesquelles plus personnes ne voudra s’associer, à cause de leurs agissements, voire même de leur core business? Waitrose avait déjà, en 2012, mis un frein à son partenariat avec Shell; et Google s’est récemment distancié d’ALEC, un groupe politique américain que l’on peut qualifier de climato-sceptique.

La responsabilité, le rôle citoyen des entreprise peut aussi se manifester de cette manière. Elles peuvent aussi quitter la table de réunion, ou la table de négociation, si les activités de leurs partenaires ne leur plaisent pas et ainsi faire pression sur eux. Car la vraie question reste toujours la même: et alors? Est-ce que les menaces de LEGO vont faire reculer Shell sur ce dossier des forages en Arctique? Cela reste à prouver.