Earth Hour au travail?

Vous le savez peut-être, ce samedi c’était « Earth Hour »: on éteint toutes les lumières chez soi pendant une heure, pour économiser un peu d’énergie.

Le hasard faisant bien les choses, nous avons eu droit le jeudi précédent à une panne de courant à mon travail – et dans une grande partie de Genève. Les ordinateurs se sont éteints, laissant certains de mes collègues dans l’embarras par rapport à ce qui n’avait pas été sauvegardé!

Ce qui m’a interloqué, c’est que spontanément, les gens sont sortis de leurs bureaux et ont commencé à…discuter! Chose rare, il faut bien l’admettre. N’ayant plus d’ordinateur devant lequel s’autarciser, nous sommes tous venus discuter dans les couloirs. De choses et d’autres, de travail ou non. Et c’était très sympathique!

D’où le titre de cet article. Je n’irai pas jusqu’à proposer d’éteindre les lumières pendant une heure une fois par semaine, non. Mais pourquoi ne pas décider d’une heure par semaine, ou même trente minutes, au cours de laquelle il serait interdit d’utiliser les appareils électroniques? Cela ne signifierait pas que l’on aurait l’interdiction de travailler: on pourrait avoir des réunions plus ou moins formelles, etc. Mais cela forcerait les gens à interagir directement entre eux.

Et cela baisserait la consommation d’énergie de l’entreprise, ne serait-ce qu’un tout petit peu.