Responsabilité – Networking – Karma

Photo de Jopwell sur Pexels.com

J’ai pour habitude de mener des actions de networking sur une base régulière. J’essaie de rencontrer des gens, aux profils similaires ou complètement opposés au mien. Depuis quelques temps, j’ai été amené à constater que ces actions ne me profitent pas directement – ce qui n’est pas un problème. Laissez-moi vous parler des dernières 6 semaines. Au cours de celles-ci, j’ai pu contribuer à:

  • L’engagement bénévole d’un de nos étudiants au sein d’une association;
  • L’engagement bénévole de l’un de nos doctorants en tant que « Youth Ambassador » au sein d’une organisation active dans son domaine de prédilection;
  • L’obtention par l’une de mes mentees d’une place de stage rémunéré.
  • L’engagement en tant que consultante d’une amie, dans un secteur qui lui tient à cœur.

Toutes ces bonnes nouvelles, au fur et à mesure de leur arrivée dans ma boîte mail/mon inbox LinkedIn/ma messagerie instantanée, m’ont apporté beaucoup de satisfactions.

On pourrait me reprocher que je me vante. Je dois admettre que c’est un peu vrai, ou tout du moins que je suis fier d’avoir apporté un petit quelque chose à ces réalisations! Mes contributions n’ont toutefois pas été particulièrement déterminantes. Il s’est souvent agit d’un simple message envoyé à 1, 2, 3 personnes qui avaient la possibilité, à ce moment, de collaborer. Je visualise plutôt un bon alignement des planètes! Je crois surtout que si j’ai un mérite, c’est d’avoir vu des potentiels, d’avoir cru en des gens. Toutes les compétences, les qualités qui se sont avérées cruciales pour ces recrutements, ces personnes que j’ai aidées les avaient déjà en elle. Tout ce que j’ai fait, c’est de les voir et de les faire voir, par elles-mêmes et par d’autres.

Our personal identity, which we think is based upon our beliefs and opinions, is actually more of a function of our ability to pay attention to the world around us. – David Whyte

Je crois que c’est un trait que tout leader responsable se doit de cultiver. Chercher à voir ce qu’il y a de bien chez les autres, les amener à y réfléchir, les mettre en liens avec d’autres personnes qui pourraient les aider à affirmer leur potentiels. Tout cela crée un état d’esprit qui me semble de plus en plus adapté aux situations que nous vivons chaque jour. Cela relève aussi de la création de réseaux, de systèmes qui s’alimentent d’eux-mêmes, dans lesquels je peux puiser pour essayer d’aider mes contacts.

Et vous, auprès de qui puis-je vous introduire?!