Vers une culture du feedback

J’ai eu le plaisir, il y a quelques jours, de prendre le lunch avec deux « amis de l’armée ». Au-delà de l’amitié, c’est aussi toujours très intéressant: mes deux amis ont fait une très mauvaise carrière militaire, et ont par conséquent fort bien réussi dans la vraie vie. Cela leur donne une vision des choses que j’apprécie particulièrement!

Nous évoquions la douceur de la vie estudiantine, et mes deux amis soulignaient à quel point ils appréciaient la précision et le côté gratifiant des examens. Ceux-ci généraient un stress, certes, mais positif: il était planifié, avec une objectif clair et précis, la validation d’acquisition de compétences.

Face à cela, nous avons opposé le stress connu au travail, souvent dû à des situations d’urgences, de dernière minute. Aussi et surtout, nous avons parlé de l’aspect peu gratifiant de ce type de stress. Même s’il s’agit d’un stress lié à l’accomplissement d’un projet prévu, avec un calendrier clair, la récompense qui en résultait est au mieux une tape sur le dos, voire une simple indifférence, sous prétexte qu’il s’agit de ce qui est attendu.feedback-1825515_1920

Cela nous a amené à en déduire qu’il s’agit avant tout d’un problème de culture organisationnelle. L’absence d’une culture du feedback, et des compétences managériales pour la mettre en place. Au départ, il s’agit de mettre en place des objectifs clairs. J’ai une préférence pour les objectifs FAST, plutôt que SMART – mais disons que c’est une question de goût! Et pourquoi ne pas insister – comme pour un examen – sur ce qui va être appris au cours du projet/de l’année? On aborde en général les « Lessons learned » en fin de projet, mais je crois qu’il conviendrait aussi d’en parler en amont: « Nous lançons ce projet, voici ce qui devra être atteint, et voici ce qui aura été appris, les compétences développées. »